C’est parti :  3,2,1… le bistrot s’ouvre sous les cuivres endiablés de la Fanfare ! Sous leurs costumes bariolés, ils ne retiendront aucune notes.